dimanche 23 décembre 2018

AJAPM Newsletter n°28 - décembre 2018 (Partie 2/3)

Reportage : Musée « Aux Commerces Anciens » de Douai la Fontaine (49)



Jeudi 27 septembre 2018, je suis allée visiter le musée des commerces anciens à Doué la Fontaine, près de Saumur. C’est un musée installé dans les anciennes écuries du Château du Baron Foullon.



 
Ce musée retrace l’histoire du commerce de détail de 1850 à 1950 évoquée avec ses boutiques aux jolies devantures.
Il présente sur deux niveaux une vingtaine de boutiques d'autrefois fidèlement reconstituées. Du petit café à la chapellerie, en passant par l'épicerie ou le barbier-coiffeur... c'est un émouvant et vivifiant voyage dans le temps ! Les devantures des boutiques sont de réelles vitrines démontées dans leur ville d’origine et remontées dans le musée. Les produits présentés dans l’épicerie sont des produits récupérés entre 1960 et 1980 lors de la constitution de la collection dans des boutiques fermées depuis longtemps et restées dans « leur jus ». On retrace ainsi l’histoire de marques toujours présentes dans nos rayons de supermarché telles que LU, Banania, Phénix, Cadum, St Marc…
 


 
Le jeune gérant de ce musée (qui l’a repris en 2017), pousse le défi jusqu’à accueillir le visiteur en blouse grise et casquette, habillé comme l’épicier que j’ai connu dans mon enfance.
Parcourir ces deux niveaux nous transporte d’un coup chez nos grands-parents, à la ville ou à la campagne. Pharmacie, épicerie, barbier, fabricant de souliers, de parapluie, d’armes de chasse, magasin de jouets, bureau de tabac, modiste et chapelier, bistrot… chaque boutique regorge d’objets et de produits superbement présentés.


Le bistrot


Dans le grenier




Quelques objets emblématiques d’une époque avec leur fiche historique


La rue du commerce. Les boutiques sont présentées le long d’une rue pavée à l’ancienne.


L’atelier de la modiste


Pour les messieurs


Pour les dames


Les parapluies, les cannes et autres accessoires


La boutique de Jouets





L’épicerie
J’ai visité le musée en même temps qu’un groupe de séniors en balade dans la région. Chacun a retrouvé des airs de jeunesse, des chansons de son enfance, et le musée s’est animé de rires et de chansons.



 
Le jeune gérant a fait asseoir tout le monde sur des bancs comme à l’école et a réclamé le silence grâce à une cloche. Puis pour commencer son exposé il a ouvert doucement la porte de l’épicerie. Nous avons tous reconnu la fameuse petite sonnette qui autrefois annonçait le client au commerçant travaillant dans son arrière-boutique. Puis il nous a raconté notre passé grâce aux produits vendus dans l’épicerie : le savon, les porte-chaussettes, la lessive, le cirage, le sucre…



La visite se termine par la boutique du musée dans laquelle on trouve des cartes postales, des affiches, des jeux anciens réédités, de la vaisselle… et une armoire dédiée aux productions locales parfumées à la rose.
Le musée est ouvert de mi-février à mi-décembre. La visite coûte 8 euros. Un livret de commentaires, de devinettes et de chansons vous est prêté à l’arrivée. A la sortie, faites un tour dans le parc aux roses.
Vous souhaitez faire une vitrine miniature sur le thème de l’épicerie, du barbier, de la modiste… Nul doute que vous trouverez ici l’inspiration indispensable pour rendre votre vitrine la plus réaliste possible.
Quelques mots sur Doué la Fontaine et ses roses…
En 1774, Joseph François Foullon, intendant des finances de Louis XVI et baron de Doué, fait construire sur ses terres des Minières, à Soulanger, une magnifique demeure entourée d’un parc de 30 hectares. A cette même époque, le baron créée les pépinières royales qu’il confie à son jardinier Edmé Crespin Chatenay, qui sera considéré plus tard comme le premier pépiniériste-rosiériste de Doué la Fontaine.
Le baron meurt sous la vindicte populaire le 22 juillet 1789 à Paris. Le château fut pillé et tomba en ruines. Il ne reste aujourd’hui que les écuries et le parc dédié aux roses qui font aujourd’hui la renommée de Doué la Fontaine.
La filière de production de rosiers (et de pépinières d’arbres fruitiers et d’ornement) s’est considérablement développée et représente aujourd’hui la moitié du volume national de rosiers en racines nues. C’est le 1er bassin de production de roses en France.
Depuis 1959, la traditionnelle « Journée de la Rose », au mois de juillet, offre aux visiteurs une exceptionnelle exposition et mise en scène de roses dans le cadre des magnifiques Arènes de Doué la Fontaine.
Pour avoir des conseils de professionnels pour la culture de vos rosiers, voyez le site
www.lamagiedurosier.fr


Dany Tournier

Reportage : Musée International du Jouet de Pezenas (34)


 
Lovée au cœur du département de l’Hérault, la ville de Pézenas abrite un très intéressant musée du jouet.

Dans une suite de hangars quelque peu défraichis, vous trouverez tous ces petits et grands objets qui ont nourri et accompagné nos rêves d’enfants.
Les collections se renouvellent souvent. Cet été, lors de ma visite, les miniatures se faisaient certes un peu discrètes, mais deux ou trois vitrines et maisons de poupées valaient le détour.
Les différentes vitrines abritent des jouets de tous les pays et époques.
Les plus âgés d’entre nous raviverons leurs souvenirs, et les plus jeunes découvriront un nouvel univers : voitures à pédales ou miniatures, trains électriques, figurines, jeux de construction, poupées, peluches et poupons…
Plusieurs jouets mécaniques s’y trouvent également dont certains japonais, des années 50/60.

J’ai aussi découvert des moules de têtes de poupées de la marque française Bella, poupées qui ont dû accompagner beaucoup de ces petites filles que nous serons sans doute toujours un peu !
Dans ce musée multi-générations, les enfants découvriront à quoi jouaient leurs parents ou grands-parents, bien avant internet, les réseaux sociaux et les jeux électroniques.
Vous l’avez compris, ceux qui ont gardé leur âme d’enfant passeront dans cet endroit un moment magique.
Il ne faut pas repartir de Pézenas sans avoir découvert la vieille ville pleine de charme au riche passé historique, et pour les gourmands et/ou les curieux sans avoir goûté aux petits pâtés salés/sucrés de Pézenas.
 
Marie-Christine















Reportage : Musée Guimet (Paris-75)


Vu a u Musée Guimet à Paris: un modèle réduit d'un ensemble de pavillons, Canton(?), de la fin du XIX ème siècle, en ivoire sculpté, estampé, ajouré et coloré.

Plusieurs maquettes du même type furent envoyées par l'Empereur de Chine en cadeau à Joséphine, épouse du Premier Consul, le futur Napoléon 1er. Elles furent saisies par un navire de guerre anglais et demeurèrent, malgré des tractations, au Royaume-Uni. Cette maquette était-elle déjà arrivée en France? Nous ne le savons pas, mais son origine est, sans doute, la même.

Les photos ne rendent pas la perspective et le travail de dentelière de l'ivoire.


Christelle.











La suite de la News dans l'article juste après ....


Aucun commentaire:

Publier un commentaire