dimanche 2 juin 2019

Reportage : Naples et ses santons napolitains









Depuis plusieurs années je rêvais d’aller à Naples pour voir les fameux santons napolitains, même si une des collections les plus importantes de crèche napolitaine dans le monde se trouve non pas à Naples mais au Bayerisches Nationalmuseum de  Munich. C’est à la fin du XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle que la réalisation de crèche connut un véritable engouement et devint aussi le passe-temps favori de la haute aristocratie et de la bourgeoisie napolitaine qui rivalisèrent d'imagination pour aménager des scénographies toujours plus recherchées. Les crèches devinrent plus profanes et les plus importantes comptèrent plusieurs centaines de sujets qui envahirent les salles et les terrasses des maisons et des palais napolitains.
Aujourd’hui ?
Naples d’abord : c’est quand même une ville où règne le charme de l’Italie mais c’est une ville de dingue au point de vue circulation ! Ils roulent, souvent en Vespa, à deux voire trois, père et enfants sans casque ! De plus, pas 15 secondes sans klaxon ! Les rues sont sales et les numéros de rue plus qu’aléatoires …Ceci dit, c’est une ville située dans le cadre magnifique de la baie de Naples !
     Nous voilà enfin, dans la pittoresque via San Gregorio Armeno du centre historique de Naples où sont présentés des expositions permanentes et ateliers d'artisans qui produisent encore des santons représentant souvent des personnalités de notre époque. J’avais préparé un peu le voyage en repérant des santonniers, mais pas facile de les retrouver dans cette fameuse rue remplie de tous petits magasins. Les étals ne sont pas de qualité extraordinaire. Ce sont surtout des choses et santons pour touristes qui se vendent bien. Par contre en arrière-plan, l’œil découvre de beaux, voire de très beaux, santons. Je crois qu’en Italie, plus qu’ailleurs il faut savoir fouiner pour découvrir de petites merveilles cachées.
 



Pour ma part, j’avais une Ste Vierge ancienne mais elle était seule et je lui cherchais au moins son petit Jésus. Il y a vraiment de tout et des personnages plus ou moins bien peints mais je découvre bientôt un petit Jésus vraiment comme les anciens. Je ne parle pas italien mais je comprends qu’il faut que je monte à l’étage par un petit escalier. Je découvre de quoi tomber à la renverse, des centaines de santons, un véritable musée, sauf que les santons sont bien réalisés actuellement, dans la plus pure tradition des santons du 18ème.Je me pince, je crois rêver !
         De plus, au milieu de tout cela, se trouvent trois minuscules tables qui servent d’atelier et qui permettent de voir travailler des artistes. La table peinture domine la ruelle sur un balcon d’un mètre carré ! Les têtes sont en terre avec les yeux implantés, en verre, les mains et les pieds sont en bois et les habits sont presque tous fait dans de très belles matières anciennes ce qui augmente bien sûr les prix, notamment des rois mages.
     Il faut retenir que l’on peut être un peu déçu en voyant l’étalage au prime abord mais il existe encore une réalisation comme au 18ème.
 



La visite de la ville nous a permis de découvrir aussi de très belles crèches anciennes, notamment au monastère de Santa Chiara, qui sont bien là à l’année puisque nous avons fait le voyage à la mi-septembre. Voici quelques photos pour vous faire profitez !  
                            Marguerite





















Aucun commentaire:

Publier un commentaire